Forum dédié à l'écriture d'histoires en tout genre.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Seconde vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kmyv



Messages : 1
Date d'inscription : 20/10/2013

MessageSujet: Seconde vie   Ven 3 Jan - 9:32


Chapitre 1 :


Je suis morte.
J'ai vu, comme on peut le raconter, une lumière blanche.
Je suis morte mais pourtant je suis là, vous racontant mon histoire.
Comment ? Vous me direz.
Je vais vous répondre très simplement.
Je suis morte et  j'allais franchir une arcade, là où de la lumière blanche en émanait. L'arcade qui sépare le monde des vivants et de la mort.
Je me suis sentit happée. Mon corps se tordait, j'avais l'impression de passé au rouleau compresseur. Je ne respirais pas, après tout comment je le pouvais puisque j'étais morte.
Je ne pensais qu'à ma mère à ce moment là. A ma mère et à ma mort.
Mon idée grimper au arbres ne lui plaisait pas, mais je suis têtue. Je n'ai pas écouté ses interdictions et ses mises en gardes.
A mon âge, on n'écoute plus ses parents, on est indépendant, on fait ce qu'on veut et brave le danger.
C'est ce que j'ai fait, dans la forêt qui borde la rivière près de chez moi, il y a un grand pin colonaire. Tellement grand que l'on peut apercevoir mon lycée, qui se trouve bien à 2 petits kilomètres tout au plus.
Beaucoup se vantaient d'avoir atteint le sommet de ce pin. Même si je ne les croyais que moyennement, j'ai voulu tester. Prouver que je pouvais y arriver, moi Lenah Marde, une simple fille de première. Je pensais que réussir me rendrait plus visible aux yeux des autres. Je pensais que je pouvais y arriver, il y a tellement de branches que grimper est un jeu d'enfant, et même en tombant elles m'auraient sûrement  rattrapée. Enfin, je croyais.
Ma mère dormait à ce moment là. J'étais sortie de chez moi et me retrouvais alors devant ce pin. J'ai levé ma jambe, une main posée sur une branche plus haute que celle où je voulais prendre appuie. J'ai escaladé les trois premier mètres du pin. J'avais levé la tête et soufflé. Un long parcourt m'attendait.
Le plus surprenant c'est que j'y arrivait sans peine, je grimpais et mon corps ne montrait aucune fatigue.
J'étais très haute. Je voyais le bout du pin, il était à deux mètres au dessus de ma tête. J'ai étiré mon bras, attrapant la dernière branche et me hissait enfin sur ce sommet.
Contemplant la superbe vue qui s'imposait à mes yeux, je me demandais comment je pourrai bien prouver aux autres mon exploit. J'avais oublié mon téléphone en bas et ne pouvait par conséquent prendre une photo.
Un peu plus loin, une colline s'étendait. L'endroit où tout le monde s'y retrouvait. Pour faire la fête, un petit pique-nique ou même une soirée en amoureux.
De mon sommet je pouvais y voir Amanda et son frère, Jim. Ils devaient certainement m'attendre, je leurs avait promis de les rejoindre.
Ce sont les seuls amis que j'ai et que je n'ai jamais eu.
L'idée de crier pour qu'ils m'aperçoivent m'avait brièvement traversé l'esprit. J'avais porté mes mains à mon visage pour en faire un coupe voix.
J'avais alors crié :
-Amanda ! Jim !
Ils avaient tourné la tête vers moi, mais ils ne regardaient pas assez haut. Je m'était penchée pour leur faire signe, mais comme ils ne me voyaient toujours pas, je me suis encore plus courbée vers l'avant. Au moment où j'allais les appeler une nouvelle fois, j'ai sentis la branche sur laquelle mon pied gauche reposait, craquer. Je n’eus juste le temps de réaliser la signification de ce craquement lorsque je m'étais sentis tomber. Les branches m'avaient fouetté le visage, les bras et les jambes. Sous mon poids et la chute, les autres se brisaient et mon cri avait eu don d'attirer le regard d'Amanda et de Jim sur moi.
La dernière chose que j'avais entendu avant de heurter le sol à été le hurlement d'horreur de ma meilleure amie.

Bref tout ça pour dire que je ne pensait qu'à cette épisode lorsque je m'étais sentit happé. J'étais pourtant à quelques mètre de la fameuse lumière.
J'avais le sentiment que mon corps allait exploser et que ma tête tournait tellement qu'elle allait se détacher de mes épaules. Un drôle de sentiment selon moi.
J'aurais pu vous dire que je me demandais ce qu'il se passait. J'aurais pu me demander où je me retrouverai puisque j'étais sensé allé quelque part.
Mais non. Tout simplement parce que quand tu tombe ou te sens aspiré, happé, tu ne peut pas penser tellement tu as peur ou mal. Moi j'étais comme ça. Pas que je sois une peureuse, je suis tout le contraire même. Mais à ce moment là, j'avais vraiment peur. Peur parce que je ne savais pas ce qu'y arrivait.
J'avais fermé les yeux.
Quand tout a enfin cessé, et que je les ai ouverts, j'ai d'abord été aveuglé par la lumière et la première chose qui m'étais venu à l'esprit à été : Je suis vivante ! Chose que normalement j'aurais trouvé stupide mais dans mon cas, je trouvais ça plutôt rassurant.
Ce qui étais moins rassurant étais que devant moi se trouvais une femme.  
Elle avait un mince visage encadré par de longs cheveux blonds. Elle avait l'air plutôt âgée mais en grande forme. Elle me fixait de ses yeux verts et sa bouche s'était étirée pour former un sourire.
C'est là que j'ai remarqué que j'étais couchée sur l'herbe fin qui s'étalait sous le pin. La femme était à genoux à côté de moi et se penchait pour apercevoir mon visage, cachée par l'ombre des arbres.
Lorsqu'elle me vit cligner des yeux, elle se redressa visiblement soulagée de me voir me réveiller.
Je me mis sur mes coude et la regardais interloquée. J'aurais dû mourir, tomber de cette hauteur est obligatoirement fatal non ?
C'est ce que je croyais mais j'y ai survécu, enfin, je dirai plutôt que l'on m'a sauvé. Donc, j'étais bien morte mais en vie aussi. Un peu comme un coma qui n'aurait seulement duré quelques minutes.
Je me suis regardée, j'étais horrifiée. Ma jambe droite était en sang et la gauche avait des épines plantées tout le long. Mon t-shirt était en lambeau et mon ventre montrait des griffures faites pas les branches.
Aucune jambe cassée, aucune blessure grave. C'était un miracle !
La femme qui se trouvait maintenant debout, examinait mon état.
-Tu t'en ai plutôt bien sortie.
Sa  voix était douce et chaude.
Elle se moquait de moi mais je m'en fichait, elle n'avait pas tord.
Elle plissa les yeux et ouvrit la bouche. Aucun sons n'en sortie, elle semblait hésiter à me dire quelque chose.
Affolée, je portait ma main à mon visage. A quoi ressemblait-il ?
-J'ai beaucoup hésité à venir te voir.
Hésité à venir me voir ? Comment ça, elle m'aurait vu tombé mais elle se demandait si il fallait venir m'aider ?
J'étais tout de même soulagée, mon visage n'avait que quelques petites coupures.
Elle reprit la parole.
-Tu vois ça fait longtemps que je t'observe.
J'ai écarquillé les yeux d'horreur.
-Vous... m'observiez ?
-Oui, tu es spéciale Lenah.
-Comment connaissez-vous mon nom ?
-Je sais beaucoup de chose sur toi, je connais tes peurs, ton courage, ce que tu aime...
Je la coupais dans mouvement de main. Elle me connaît et ça me faisait peur.
-Attendez. Vous me connaissez ? Qui êtes-vous ?
-Je suis quelqu'un à qui tu demandera de l'aide plus tard.
Était-ce la collision qui me faisait cette effet là, tout était trouble et s'embrouillait dans ma tête. J'avais l'impression que cette femme pêchait ses mots dans un livre mais le problème est que je n'ai jamais rien compris à ce que je lisais dans ces bouquins.
-Tu te demande certainement la signification de ce que je viens de te dire, mais sache que tu comprendra tout quand ce sera le moment. Tu es spéciale Lenah, tu le découvrira et à ce moment là, ils te chercheront.
Je n’eus pas le temps de répondre qu'elle se redressa d'un bond.
-On arrive, me chuchota-t-elle, surtout ne dis rien à personne. Souvient-toi Lenah, tu n'est plus la même, tu n'a jamais été Lenah une simple étudiante.Tu es morte Lenah, bien morte. Tu as tué Lenah Marde. Celle qui vivait en toi c'est réveillée. Une nouvelle vie t'attend. Une seconde vie...
-Lenah !
J’eus juste le temps de tourner la tête, voyant le femme disparaître derrière les arbres, qu'une tornade brune me tombe dans les bras. Amanda était en pleurs, ses cheveux collaient sur les larmes qui coulaient le long de sa joue. Je me dis que je devaient être bien pire à voir.
Jim arriva derrière essoufflé. Il avait dans sa main son téléphone et stoppa net en me voyant.
-Je...tu as vue dans quel état tu es ?
Je ne pus m'empêcher de pencher la tête vers la droite et froncer les sourcils.
-Je veux dire, il doit bien y avoir plus de 15 mètres non ? Comment as-tu pu t'en sortir avec si peu de blessures ?
Amanda redressa la tête et fusilla son frère du regard.
-T'aurais voulu qu'elle ai pire c'est ça ?! Non mais tu te rends compte de ce que tu dis ! Elle est en vie, et tu t'en fout !Jim ! Tu es le pire idiot que je connaisse !
Jim avait légèrement pâlit, il s'était toujours bien entendu avec sa sœur et si une dispute éclatait c'est lorsqu'il se passait vraiment quelque chose de grave.
-Amy, tu sais il a raison, c'est bizarre mais tu sais c'est...
J'hésitais à leurs parler de la femme de tout à l'heure. Mais, ils croiraient que je n'ai pas toute ma tête à cause du choc. En même temps, ce n'était peut être que le fruit de mon imagination.
Jim et Amanda me regardèrent attendant la suite mais je put continuer car une vague de nausée m'envahit. Cette fois-ci, c'était à cause de la chute, de mon retour d'entre les morts et sûrement de ce que m'avait dit cette femme.
Revenir en haut Aller en bas
 
Seconde vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La seconde et courte vie de Bree Tanner
» Cinq mille kilomètres par seconde de Manuele Fior
» Seconde resureccion d'Ulquiorra
» Image par seconde sur une video "Stop Animation Catch"
» Seconde vague - Guerriers du Chaos - V7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Plume Blanche :: ♪ Vos textes ♪ :: Vos Histoires :: Vos histoires fantastiques-
Sauter vers: